top of page
  • jbsoula

Faire face à l'augmentation du prix de l'électricité

Au 1er août dernier, le prix de l’électricité a augmenté de 10%. Cette augmentation correspond en moyenne à une hausse de 160€ sur la facture annuelle d’électricité pour un ménage se chauffant à l’électricité, passant de 1 700€ à 1 850€.

Le bouclier tarifaire protège encore les français à près de 37% de leur facture contre 43% auparavant. Cette augmentation ne correspond pas à une hausse réelle des prix, mais à un rattrapage.

Dans le même temps, la Commission de régulation de l’énergie proposait une hausse de 74,5% des prix. Il faut donc s’attendre, avec la fin du bouclier tarifaire prévue début 2025, à une augmentation graduelle du coût de l’électricité en France.


Evolution du prix de l’électricité en France (%):

Source: Visactu



15 % en février, 10 % en août… et après ?

En France, le prix de l’électricité Réglementé est déterminé par les pouvoirs publics. Il peut évoluer deux fois par an, à la hausse comme à la baisse.

Une prochaine révision des tarifs interviendra le 1ᵉʳ février 2024. Et avec la fin programmée du bouclier en 2025, ce n'est pas la dernière.


Comment se protéger des futures hausses ?

L’augmentation de 3 à 4% du prix de l’électricité que nous avons connu entre 2007 et 2021 n’existe plus ; la forte demande en énergie suite à la crise sanitaire du Covid 19 et la guerre en Ukraine ayant dérégulé le marché.

Les fortes hausses à venir sur les mois et années qui viennent sont certaines et continueront à impacter le pouvoir d’achat des français.


Ainsi, pour les propriétaires, il est principalement recommandé d’agir à 3 niveaux :


1. L’efficacité énergétique :

- Améliorer l’isolation générale de son habitation. Sans surprise, une habitation mieux isolée sera moins sensible aux variations de température, et nécessitera moins d’énergie pour chauffer l’hiver ou refroidir l’été : isolation intérieure des murs et toiture, isolation extérieure, …

- Utiliser des appareils électriques avec de bonnes classes de d’énergie. Par exemple un combiné réfrigérateur/congélateur classé F consomme 265kWh/an contre 108 kWh/an pour un classe A. Si un appareil commence à montrer des signes de fatigue, alors la question de le remplacer peut se poser.


2. La sobriété énergétique : « Le kWh le moins cher est celui qu’on ne consomme pas »

- Opter pour des gestes moins énergivores : chauffer à 19°C l’hiver, régler sa climatisation à 25°C l’été, éteindre les lumières dans les pièces non occupées, utiliser les programmes « éco » de ses appareils électriques, réduire la vitesse d’essorage des machines à laver l’été quand le linge sèche bien dehors, …

- Faire la chasse aux veilles électriques : débrancher les chargeurs non utilisés, utiliser des interrupteurs sur ses multiprises, éteindre les écrans plutôt que de les laisser en veille, éteindre sa box internet la nuit, …

- Utiliser un gestionnaire d’énergie permettant de mesurer et de piloter sa consommation d’électricité


3. L’autoconsommation :

- Installer des panneaux solaires thermiques pour chauffer son eau sanitaire.

- Installer des panneaux solaires photovoltaïques pour alimenter son habitation en électricité. Pour aller plus loin, changer ses habitudes de consommation peut s’avérer indispensable afin de consommer de l’électricité pendant les périodes de production solaire. Les outils comme la box d’autoconsommation ComWatt permettent de mesurer au quotidien sa consommation globale, ses principaux appareils électriques consommateurs, et les faire coïncider au plus juste de la production photovoltaïque.


Un peu plus d’information sur le bouclier tarifaire :

En France, le tarif réglementé de l’électricité a vu sa progression limitée à 4% TTC par la mise en œuvre d’un bouclier tarifaire sur l’électricité en 2022. Ce bouclier, reconduit en 2023, a permis de contenir la hausse des prix de l’électricité à 15% TTC en moyenne au 1er février 2023, puis à 10% TTC en moyenne au 1er août 2023.

Le gouvernement annonce un coût global 2021-2023 pour la mise en place et le maintien de ce bouclier tarifaire de 40 milliards d’euros (Source : www.francetransactions.com) soit une valeur d’endettement de 600€ par français ou 2 400€ par foyer.



28 vues0 commentaire

header.all-comments


bottom of page